premier tour de roue avec le side ...

mardi 28 mars 2006
par  fab le motard
popularité : 17%

hier j’ai fait un tout petit tour, pour appréhender le side et faire le plein

Mais aujourd’hui j’ai fait une vraie petite ballade,
Juste dans les monts d’or au dessus de lyon
juste de la petite route qui tourne,

Mais le plus cool , c’est que j’avais un passager, mon papa qui n’avait jamais fait de side à bien voulu avec plaisir etre mon premier singe

Alors le side avec un passager, ca va, c’est un peu plus stable ou plutot ca saute moins.

alors il faut le dire

le side , c’est vraiment cool, et la petite ballade avec mon premier passager, vraiment agréable

déja les petites routes autour de lyon ... on se croirait presque à la campagne, pas de voiture, des arbres, des prés si si c’est vrai

L’air est frais mais c’est un jolie journée de printemps avec un ciel chargé de nuage gris bleuté . avec du ciel bleu de temps en temps.

le poum poum du side , son mouvement aléatoire, donne un rythme à la ballade.

on est presque seul sur les petites routes ... si vous ne me croyez pas, prenez un plan, au nord de lyon regardez les communes de St Didier, Limonest.
Nous sommes donc monter sur le mont verdun en enchainant les virages, pour atteindre le sommet ou la vue etait splendide. Avec ce temps, pas de brume, c’est tres net, et un peu de soleil et le relief des monts du lyonnais , du pilat est tres finement déssiné.

Pour la conduite, il faut trouver le bon rapport, la bonne vitesse et anticipé .Mais ca tombe bien je connais par coeur la route, donc je ne suis pas surpris par les virages, et donc je trouve la bonne vitesse pour passer.

Alors la boite est pleine de points morts, sauf le bon , et le selecteur à gauche, mais avec une tringlerie et un débattement catastrophique n’arrange pas le passage des vitesses.

La vitesse de l’engin ... bon nous étions sur des petites routes, donc j’ai jamais passé la 4e et derniere vitesse, la 3e à 60 km/h, et on a du rouler à 70 km/H max, vraiment on se rend compte que le bonheur, les sensations ne sont pas dans la vitesse.

Je passe les virages sans difficulté, mais peut etre pourrais je les passer plus vite. En tout cas, ca va je suis pas stressé, et le plaisir du décor, de l’ambiance me détende.

Et aussi le bonheur de partager mes premiers tours de roue avec mon pere, est présent. Il n’est pas spécialement moto , mais il a adoré le side, et il l’a meme trouve confortable. Donc pour moi ca a été un formidable moment.

Mes premiers tours de roue avec l side commence vraiment bien, chouette paysage, plein de sensations, et surtout un moment partagé avec mon pere

pourvu que ca dure ;)


Commentaires

Logo de fab le motard
mercredi 29 mars 2006 à 14h56 - par  fab le motard

Merci les paternels

je vais mettre un petit lien vers le garage de Paulo :

http://polaroil.free.fr/

parce que ca vaut le coup

mercredi 29 mars 2006 à 13h21

Quand le motard descend du singe...

Je suis bien placé pour savoir que, piloté par son fils, un vieux singe néophyte ne fait pas que des grimaces !
L’expérience en Dniepr est très sympa aussi, en plus rustique ! L’osmose avec les parfums de la campagne
s’estompe un peu quand, par vent arrière, on est rattrappé par le le panache de l’échappement. Plus que la proximité du sol, c’est celle du moteur que j’ai trouvée fascinante : le miracle renouvelé à chaque seconde de la rotation de l’arbre et les mouvements des tringles et cables au gré des vitesses et des -exceptionnels !- freinages, le son du flat avec sa coloration typiquement "biello-russe"...

(Pour l’impression de sécurité, je suis convaincu qu’elle doit beaucoup à l’adresse du pilote, mais un peu aussi au fait que les voitures ralentissent pour mieux voir passer l’engin !!!)

Compliments à vous deux.
Merci Fabien, merci Paulo.

JF "Polarold", 58 ans.

Logo de Guy Dieppedalle
mercredi 29 mars 2006 à 00h18 - par  Guy Dieppedalle

Je confirme.
En tant que Père de Fabien, j’ai été agréablement surpris et même enthousiasmé par le périple en side car au nord de Lyon.
Le side "Précision" est confortable. (Et je suis difficile en matière de confort automobile). Même si les jambes ne peuvent pas être totalement étendues pour un homme grand comme moi. On se sent même en sécurité entre la roue de droite, dotée d’un garde boue un peu rétro, et la moto, à gauche.
L’ensemble tient tout l’espace de la route. Enfin... la voie de droite de la route. Une voiture y fait peut-être plus attention qu’une moto en doublant.
On se trouve très près du sol ce qui accroît l’effet sécurisant.
Et puis on se laisse conduire. On fend la bise. La route défile. Grisant. Une nouvelle aventure.
Et puis, il y a ce contact direct avec l’environnement. On se trouve en plein air, en osmose avec les parfums de la campagne, la végétation du bord de route, le soleil... Avant goût de liberté. Nomade sans attache.

Et puis, je dois dire que, en tant que Père, ça m’a fait très plaisir de pouvoir faire un bout de route avec mon fils sur sa moto. A côté de lui. J’ai pu voir ses réactions, son type de conduite, ses paysages locaux préférés, échanger un peu avec lui dans les lignes droites... Et participer modestement, ou du moins m’intéresser de très près, à sa passion.
S’intéresser à la passion de l’autre, c’est s’intéresser à l’autre. S’en rapprocher.

Depuis une dizaine d’années, Fabien m’a fait découvrir la moto. Je n’ai jamais conduit de moto. A 59 ans, j’ai d’autres passions. Mais je trouve certaines marques très belles, esthétiquement. Lignes sensuelles. Couleurs et chromes lumineux. Puissance du moteur. Et aujourd’hui ça m’intéresse de monter dans un side car. Engin que je trouve magique. Original. Un "deux roues" qui passe à "trois roues". Et qui permet au motard de ne plus seulement faire admirer sa machine, mais de faire partager le plaisir de la moto avec d’autres. Néophytes comme moi.

Merci Fabien de m’avoir fait découvrir une autre facette de la moto. Et donc de toi.
Garde cette passion. Garde l’émerveillement et l’enthousiasme dont tu fais preuve pour la moto. Garde toujours, dans ta main, la main de l’enfant que tu as été.
Ton Père.
Guy.